Tout n’est pas si vert au Costa Rica

cof

Avant de poser nos roues au Costa Rica, nous en avions beaucoup entendu parlé comme d’un « paradis vert »! J’y associais paysages verdoyants, faunes et flores exubérantes avec protection de l’environnement exacerbée ! Sachez que le Costa Rica, pays de 5 millions d’habitants 10 fois plus petit que la France métropolitaine, rassemble à lui-seul 6 % de la biodiversité mondiale. D’autre part, le pays est une référence en matière d’énergies renouvelables! Il est quasiment autonome en électricité, grâce à l’énergie hydraulique (78%), à l’énergie éolienne et géothermique (10% chacune), ainsi que la biomasse. En 2017, il a réussi à produire 100% de sa propre électricité sur 300 jours de l’année. Et depuis 2011, un moratoire interdit l’exploitation du pétrole. Il est même question de bannir d’ici 2021 les énergies fossiles, que sont le gaz et le pétrole!

J’imaginais donc le Costa Rica comme une place forte, voir incontournable de l’écologie mondiale. Le tri des déchets optimisé, le plastique banni, l’espace public d’une propreté immaculée, les fruits et légumes bio à tout les étales, en un seul mot, le paradis ! Vous l’avez compris, il n’en est rien! Et je crains que le tourisme, qui représente la première source de revenus du pays, ne fasse qu’accentuer ce phénomène!

Ce qui m’a sauté aux yeux, ce sont les déchets omniprésents ! Lorsque nous roulons au milieu de nulle part, il est courant de trouver des déchets au bord de la piste. Ils paradent également dans les rues ou font bronzette sur des plages pourtant situées dans des réserves protégées. Cerise sur le gâteau, on les trouve parfois dans les jardins des ticos, où ces derniers adorent allumer de beaux brasiers nourris, entre autres choses, avec des jouets hors d’usage…en plastique !! Je me demande si beaucoup d’actions sont réalisées pour nettoyer les plages ou le bord des routes mais également si les habitants sont assez sensibilisés dans ce pays qui a pourtant beaucoup misé sur l’éducation et la santé !!

Autre chose étonnante pour nous, c’est l’usage du papier toilette! Il ne se jette pas dans la cuvette mais dans la poubelle, tout simplement parce qu’il n’y a pas de traitement des eaux usés. J’ai mis du temps à changer mes réflexes. Je suis très étonnée de n’avoir jamais vu aucune toilette sèche dans le pays! Cela me semblerait une solution plus qu’appropriée!

Le plastique c’est fantastique ?? Nous, on en doute, pas le Costa Rica…ici, il est partout : les biscuits sont surremballés, il en va de même pour les légumes qui, sacré privilège, le sont individuellement. Les sacs plastiques sont distribués automatiquement dans les magasins, tout comme les pailles que l’on utilise pour boire notamment la « pipa fria » (la noix de coco) ou la pina… alors que les alternatives écologiques existent. Rappelons tout de même que ces pailles peuvent se retrouvent coincer dans les estomacs des poissons, des oiseaux… Petit rappel avec ces photos qui ont fait le tour de la planète : http://www.chrisjordan.com/gallery/midway/#CF000313%2018×24.

Il me tient à coeur de rappeler que chacun de nous peut rendre ses petits gestes du quotidien moins nocifs pour la planète, en refusant par exemple une paille au bistrot ou en amenant ses sacs en coton lorsqu’on fait ses courses ! Nous avons en cela plus de pouvoir que les politiques! Et au passage vive les gilets verts !

En France, nous avons facilement la possibilité d’acheter des aliments en vrac et bio, que ce soit dans les « biocoops », que nous vous recommandons les yeux fermés, dans les réseaux « Eaux vives » ou ceux des petits producteurs… Ici ce n’est pas la même chanson ! La nourriture bio est quasiment inexistante, le peu de magasins en proposant se trouvent en zone fortement touristique (il faut répondre à la demande des étrangers de passage) et proposent une offre assez limitée…Dès que l’on quitte ces zones, il est mission impossible de trouver une alimentation saine…autrement dit sans pesticides…snif

Nous en sommes réduits à faire nos courses en supermarché, dans les « Pali » et compagnie, proposant des produits de piètre qualité. Ca nous fait mal de le dire, mais la grande distribution française en proposent de meilleurs ! Etant obligés de nous nourrir, le vélo ça creuse, nous achetons sans conviction des fruits et légumes bourrés de pesticides, des pâtes, pour changer du riz servi à toutes les sauces, des biscuits (toujours secs) pour nous dépanner sur la route, des jus de fruits très sucrés, des oranges sans goût souvent vertes (je ne sais pas pourquoi). Nous devons aussi nous fournir en eau fraiche auprès de la plus grande multinationale du secteur, et là, c’est le drame !! Nous avons essayé une fois de la mozzarella râpée, cela n’a apporté aucune saveur. Nous avons donc laissé tomber le fromage. Voyez les photos comme ça fait envie! Il apparaît difficile d’être végétarien dans ce pays, le « pollo » (le poulet) est de partout, souvent frit, ce qui explique en partie le tour de taille généreux des locaux. Même une enseigne d’électroménager, présente sur tout le territoire, l’a choisi comme enseigne !! Et même pour ceux qui mangent habituellement de la viande, les présentoirs ne font pas du tout envie !

Pourtant très gourmands, on n’a pas eu la motivation de tester des « queques » (gâteaux) aux couleurs bien douteuses et flashy. Les « panaderias » avec leurs gâteaux bourratifs ne pourront jamais rivaliser avec les boulangeries françaises! Ce n’est pas pour être chauvin!

Quel changement radical, nous qui nous régalions d’aliments sains et locaux! Qu’ils sont loins les bons petits pains au chocolat du « bon Pétrin », les bonnes pâtisseries de chez « Ernest », à Chambéry, ou encore les cramiques préparées « Aux merveilleux de Fred »… Je remercie le Costa Rica. Je ne suis plus gourmande. J’ai perdu du ventre et des poignées d’amour, et pas que grâce au vélo!

Vélo sur lequel nous avons écumé les routes, que dis-je les pistes, où nous avons mangé la poussière des 4×4 passant par là! Et sur la route, enfin bitumée, de la Panaméricaine nous avons respiré le bon air délivré par les pots d’échappement des camions américains hors d’âge. Nous avons souvent croisé des camions de la compagnie « Chiquita », entreprise américaine du secteur de l’agroalimentaire et un des plus gros producteurs de bananes dans le monde, proposant entre autres, de magnifiques fruits sur lesquels le glyphosate et ses compères sont déversés abondamment par…avion !!!

smartcapture

A mesure que nous approchions de la frontière du Panama, côté Sud des Caraïbes, le paysage n’était plus que champs d’ananas et de bananes. Le pays est premier exportateur d’ananas, et 3e de bananes. Selon plusieurs sources trouvées sur internet, le Costa Rica occuperait la première place dans le monde des pays utilisateurs de pesticides, il n’est donc pas étonnant de croiser par la suite, des panneaux signalant clairement l’épandage de produits chimiques par avion. En y regardant de plus près, les bananes ne sont même pas protégées car, même recouvertes d’un sac plastique, celui-ci est perforé. Mais le pire n’est pas là : les ouvriers des bananeraies restent dans les champs durant le traitement, le Costa Rica connait ainsi un très haut taux de cancers gastriques. Ici les géants de la chimie engrangent les bénéfices sans, comme toujours, se soucier de l’humain, qui n’est, pour eux, qu’une variable d’ajustement. L’homme n’est pas le seul à trinquer, la nature aussi : l’apauvrissement des sols est monnaie courante et, chose plus étonnante, les singes hurleurs, vivant pourtant dans la cime des arbres, souffrent également suite à l’ingestion des végétaux situés en bordure de ces immenses champs. La désolation est complète lorsque l’on pense à toutes ces personnes, ouvriers ou non, qui vivent au milieu de ces océans de pesticides…

Voici la triste réalité du Costa Rica, vert grâce à ses magnifiques réserves naturelles, mais beaucoup plus sombre quand on s’intéresse à son agriculture sans se soucier de Pachamama et des hommes qui y travaillent !! Le Costa Rica est décidément une terre de contrastes!

Vous voulez en savoir plus ? :

http://behindthelandscape.com/lagriculture-costa-rica/

https://news.co.cr/costa-rica-takes-first-place-in-the-world-for-the-use-of-pesticides/72749/

https://www.papillesetpupilles.fr/2016/11/les-ananas-bio-du-costa-rica.html/

https://www.humanite.fr/blogs/souvenirs-du-costa-rica-du-dbcp-au-glyphosate-646563

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/costa-rica-les-pesticides-feraient-jaunir-les-singes_2053773.html

7 commentaires sur “Tout n’est pas si vert au Costa Rica

  1. Salut à vous, courageux arpenteurs cyclistes en mode éco !
    Merci pour vos nouvelles, et heureux que tout se passe bien.

    L’éco-bilan que vous faites (très bien écrit) ne me surprend pas plus que ça malheureusement… Dès lors que la situation économique est paupérisée, les principes écologiques n’étant plus considérés comme des impératifs, laissent place, par défaut, à des recours aux modes de consommation industrialisée les plus débiles. La difficulté de l’existence n’est souvent pas perçue au regard des principes de l’écologie qui devraient nourrir nos pas…

    Vos expériences, et vos remarques en ce sens me font penser à ce que j’ai pu découvrir dans les Caraïbes ; des plages extraordinaires qui masquent le plus souvent des vies tourmentées, faites de bontés et de bricolages. Dans ces vies là, l’écologie n’est malheureusement pas le plus souvent une priorité…
    Le suremballage et le plastique sont rois… encore une fois…

    Pour faire écho à votre texte (« ne pas utiliser de paille en plastique »), et dans le cadre de la prise de conscience de l’urgence climatique que nous avons (j’aimerai dire « tous ») en objectif, je ne pense pas que ce soit les « gilets jaunes » qui nous apportent des solutions car, en dehors du fait d’empêcher les citoyens de vaquer à leurs occupations, je les crois plus individualistes qu’écologistes, et de défendre leur droit à la bagnole à tout prix. D’ailleurs qu’elle est cette manie de brûler sans cesse des pneus sur les rond-points…? Ils en sont où eux de leur bilan carbone ?…

    Vive les gilets verts plutôt !

    Bien à vous deux, et bonne route,
    Thomas

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Thomas !!
      Tout d’abord merci pour ton commentaire qui en plus d’être bien écrit et très pertinent !!
      Ta remarque sur les gilets jaunes correspond tout à fait à l’idée que nous souhaitons défendre, on aurait du y penser lors de l’écriture…on va donc modifier l’article en conséquence, sauf si tu nous réclames des droits auteur ?!
      Encore merci, embrasse ta tribu pour nous !!

      Héloïse et Christian

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s