Nos belles rencontres

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe 27 avril 2018, premier jour du reste de ma vie : plus d’appartement, plus de moto, plus de boulot, tout ce qu’il me reste tient dans 3 malles (musiques, livres, cinéma pour le principal) entreposées chez Philippe, Ami de longue date. Je profite de cet article pour  le remercier, tout comme Fati, qui m’a supporté durant les 2 mois précédant mon départ, en m’accueillant dans sa chambre d’ami, chose pas évidente étant donné mon caractère pas toujours facile…MERCI !!

Mon vélo est prêt, chargé de tout ce dont j’ai besoin pour vivre sur la route en autonomie, c’est à dire une tente confortable (pour nos montures et nous), le matériel de cuisine, les vêtements et le matériel électronique (ordinateur, appareil photo et téléphone) . Il n’est pas facile de laisser 44 ans de vie derrière soi…

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe plus difficile reste cependant à faire, dire au revoir aux amis, tous de longue date. Même si le « vrai » départ ne sera que pour la fin de l’année, je ne sais pas quand je reverrai la plupart d’entre eux. En dehors de Stéphanie, Anthony, Alex et Jules que nous allons avoir le bonheur de retrouver en Corse en Août, tout comme, ananas sur la pinacolada, Estelle, nous ne croiserons plus la route de toutes ces fabuleuses personnes, qui ont fait mon bonheur, avant un bon bout de temps…Je ne vais pas les citer ici car elles se reconnaîtront forcément, en dehors de celles, bien sûr, qui ne lisent pas ce blog !! Et nous avons les noms !!

Sans compenser le manque affectif créé par le voyage, les belles rencontres le lissent un peu, doucement, comme de l’homéopathie. J’ai donc commencé le voyage seul, fin avril, puis Héloïse m’a rejoint en juillet. Nous nous sommes envolés pour le Costa Rica en décembre, voilà pour situer l’action !

Les belles rencontres sont parfois furtives, ce qui leur donne un côté un peu magique, mystique. Je pense à de nombreux amoureux de la petite reine croisés sur les véloroutes ou sur les festivals. D’autres fois, le temps est notre allié et on se quitte comme si on s’était toujours connu. Dans ce registre, je pense à Jérémie et Nathalie, organisateurs du fabuleux et unique festival du voyage à vélo intitulé Eurovélodrome, se déroulant en juillet, que je vous conseille fortement !! Un article existe sur le sujet, il est facile à trouver ! (https://www.eurovelodrome.org/ ). Durant les 3 jours du festival, nous avons eu le bonheur de rencontrer aussi Loïc, motard photographe récemment converti au vélo, très doué pour capturer l’émotion sur une pellicule, mais aussi pour limiter son empreinte carbone sur la planète (https://www.loloandjohnphotographers.com). Citons aussi Noé, cuisinier musicien qui nous a régalé chaque jour avec des repas sains et végétariens ! Miam !! Sans oublier Richard et Stanie, qui ont parcouru la terre durant 9 ans en vélo et qui restent des monstres…de modestie !!

Il y a aussi les rencontres d’infortune, comme le jour où je me suis rendu compte que ma roue arrière avait un soucis. Nous filons donc sur Nîmes, ville la plus proche, à une vingtaine de kilomètres, pour trouver une solution. Nous y arrivons vers 18 heures et il est samedi…autant dire que ce n’est pas gagné !! Nous nous dirigeons vers l’endroit qui nous semble le mieux adapté, le café vélo. Après avoir bu un petit coup, le mécano revient avec une mauvaise nouvelle, la jante est fissurée à 3 endroits…Ayant un moyeu Rohloff, la seule solution est de trouver une nouvelle jante en 26 pouces et…une personne capable de la rayonner !! Le patron appelle un de ses anciens collègues, spécialiste du rayonnage, qui accepte de suite de s’occuper du chantier dès lundi, ça commence bien. Reste à trouver le cerceau…Notre bon samaritain nous donne rendez-vous dans son ancien magasin (il vient de changer de local) après la fermeture, afin de fouiller dans l’ancien stock…suspense. Une demi-heure plus tard, anxieux, nous sommes au rendez-vous. La magie opère et me voilà avec la jante parfaite !! Nous remercions autant que possible notre sauveur, monsieur Rebour (https://www.cyclesrebour.com/). Le lundi, nous nous rendons chez les cycles Vaunage, en prenant soin de rouler tranquillement pour ne pas plier en huit la jante fissurée, afin d’en finir avec ce soucis. L’accueil sera parfait, la roue sera rayonnée en un temps record et pour un budget maîtrisé. Que du bonheur !! Merci à eux de ne pas avoir abusé de la situation, ce qui aurait été très facile étant donné que nous n’avions pas d’autre alternative (https://www.vaunagepassionvelos.fr/). Pour information, l’état de la jante s’explique par une surpression du pneu (j’ai pourtant suivi les préconisations du magasin lillois qui me les a vendu !!) qui ne pouvait donc plus jouer son rôle d’amortisseur…fatal sur un vélo aussi chargé !

Nous avons eu aussi la chance de croiser le chemin des « anges de la rue » qui ont ouvert une residence d’artistes à Bourg-St-Andéol (http://www.lesangesdelarue.org/) en ardèche. On y mange très bien dans un lieu magnifique, n’hésitez pas à leur rendre visite, car faire une bonne action en se régalant, c’est assez rare. Autre adresse gourmande, l’épicerie paysanne de Lodève : Jean-michel et son épouse, d’une gentillesse sans limite,  n’ont pas été avares de conseils sur les spécialités régionales (https://www.etapedularzac.com/lepicerie-paysanne/) mais aussi sur le meilleur chemin pour nous rendre au festival du voyage lent du Caylar.

Au festival du Caylar, nous avons retrouvé des savoyards soucieux de partager leur savoir sur le voyage à vélo en général mais aussi sur l’amérique latine en particulier. Merci à Isabelle et Benoit pour leur aide, notamment concernant l’allégement de notre paquetage. Cela fut bien utile pour la suite de nos aventures !!

Celles-ci nous ont mené vers la Corse où nous avions le grand bonheur de rejoindre Stéphanie et Anthony, Amis de longue date et complices depuis toujours, ainsi que leurs enfants, Alex et Jules. Sur le chemin, alors que nous faisions une petite pause à l’ombre en cette période de canicule (le thermomètre frolait régulièrement les 40 degrès sous abris !!), Nadine s’approche de nous et nous questionne sur notre route, notre objectif et nous demande aussi où nous allons dormir le soir même. Nous ne pouvions encore répondre à cette dernière interrogation ne le sachant précisément. A notre grande surprise, Nadine nous propose un bout de son jardin pour planter la tente !! Nous sommes ravis et n’avons pas idée de ce qui nous attend : le bout de jardin se transformera en chambre d’amis !! Nadine et Rémi iront jusqu’à nous laisser les clefs de leur maison car ils dînent chez une amie, Estelle, qui elle aussi habite à Eguille, près d’Aix-en- provence. Alors que nous sommes en train de changer la commande de dérailleur sur le vélo d’Héloïse, son téléphone sonne. C’est Nadine qui nous invite à les rejoindre chez Estelle pour le dîner !! Nous devions passer la nuit sous la tente, nous finirons dans une piscine puis dans un bon lit douillet !! La vie de cyclovoyageur est décidément pleine de (bonnes) surprises !! Encore Merci Estelle, Nadine et Rémi !!

Viens ensuite le temps du départ pour le Costa Rica. Ayant, à contrecoeur, décidés de prendre l’avion (à l’origine du projet, nous devions nous rendre en espagne pour tenter d’être accepter en tant que coéquipiers sur un voilier pour traverser les mers !), nous avons dû emballer nos vélos et nos équipements. Nous voilà donc bien malins avec 3 énormes et lourds cartons à trimballer dans Chambéry jusqu’à l’endroit où nous devons prendre le bus… Heureusement, nous avons la chance de cotoyer depuis quelques temps une personne formidable : Cathy !! Sans hésiter, elle acceptera de nous aider, ce qui nous rendra la tâche si facile !! Merci !!! D’autres belles rencontres ont eu lieu sur Chambé, comme pour mes amis du grand Nord, inutile de les citer, elles se reconnaitront sans l’ombre d’un doute !!

Nous voilà donc arrivés au Costa Rica, pays inconnu, langue inconnue, où d’autres belles rencontres ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez, PURA VIDA !! Cela commence dès notre départ de San José, la capitale que nous n’avons pas du tout aimé, avec la rencontre de Juan et Randall, deux ticos. Ceux-ci nous indiquent un superbe point de vue proche de là et nous interrogent sur notre destination. Nous les retrouvons un peu plus tard, la discussion s’engage, ils nous offrent du Rumpope, une boisson traditionnelle en cette période de Noël, et nous parlent de leur goût pour le bivouac, la nature, le surf…très bon moment !!

Le lendemain, nous croisons Carlos, qui comme son prénom l’indique est…québécois !! Il se déplace en moto, tout en transportant sa planche de surf, pour aller de chantier en chantier. Six mois par an, il est au Costa Rica (il évite ainsi l’hiver qu’il n’aime pas), alternant le travail bénévole et les sessions de surf , pas mal non ??

Autre rencontre importante, celle d’Elisabeth, qui nous a beaucoup aidé lorsqu’on nous a dérobé notre appareil photo, d’ailleurs des clichés devant illustrés cet article sont partis avec… Elle nous a expliqué la conduite à tenir, à garder nos vélos le temps d’aller déposer plainte et nous a conseillé les cabinas d’un ami, qui fut un véritable hâvre de paix en cette période troublée.

Un autre Carlos, un ticos cette fois, vient complèter la liste des belles rencontres : il tient un hotel dans la jolie station balnéaire de Montezuma. Alors que nous avions du mal à trouver un endroit où dormir à la hauteur de notre porte-monnaie et que nous venions de nous faire refuser à cause des vélos (première et unique fois à ce jour), Carlos fut l’homme providentiel ! En effet, en plus de nous accueillir avec les vélos dans son hôtel de belle qualité (le Montezuma Pacifico Hotel) à un tarif mesuré, il a insisté le lendemain pour nous « avancer », trouvant la portion de route suivante trop dangereuse…et refusera que l’on paie le carburant !

Nous arriverons ensuite dans le meilleur camping que nous avons trouvé à ce jour, celui de Mal Païs, où, en plus d’un gérant très professionnel et sympathique, nous rencontrerons Pierre, québécois également, vivant aussi 6 mois par an au Costa Rica et, tout comme Carlos, passionné de Surf !! Il nous a séduit par son goût pour une vie simple et saine, par ses conseils touristiques sur un pays qu’il connait très bien, par ses qualités de nageur et de chasseur sous marin. Un sacré personnage !!

Alors que nous enchaînions les journées de roulage très difficiles, pistes fortement dégradées et dénivelés de fous, nous avons fait la rencontre d’Ayat et Arnaud, qui vivent au…Québec, quelle surprise !! Dans le petit village de Carlozito, il n’y avait que des locaux, quelques employés de l’hôtel situé non loin de là, et nous quatre…En ce jour d’avant veille de Noël, les policiers municipaux ont organisé un repas avec distribution d’un cadeau personnalisé pour chaque enfant de la communauté, sympa la police non ? Nous déciderons rapidement de nous offrir deux nuits dans le bel hôtel afin de découvrir un peu mieux ce couple fort sympathique. Ils nous emmeneront voir les tortues sur la plage située non loin de là. Nous proposons aussi de les accompagner dans une réserve et prendrons à leur charge les frais du taxi (nous étions alors à sec d’argent liquide et les distributeurs sont introuvables en dehors des grandes villes). Aussi Sympas qu’altruistes, merci à eux !

A notre arrivée à Libéria, alors que nous étions en route pour le volcan Arenal, nous avons dormi chez Marlène. Sa gentillesse n’a d’égale que son dynamisme ! Elle nous offrira un bon petit déjeuner mais surtout une conversation très intéressante !! Végan depuis quelques années et végétarienne depuis toujours, elle nous donnera beaucoup d’informations sur la bonne manière de traiter son corps par une alimentation saine. A Libéria, grande ville autrement plus vivable que San José, nous rencontrerons aussi Tchang, c’est son surnom, surfeur et gérant d’une cabina très bien située dans le centre ville, organisant pour nous un transfert vers le très beau parc de Rincon de la Vieja mais aussi nous indiquant les endroits les plus adaptés pour réparer mon phare cassé. Réparation faite d’une main de maître par Orlan, employé d’une ferretaria (une quincaillerie) qui refusera mon argent en dépit du temps passé !! Il a même été dans un autre magasin chercher une pièce qu’il n’avait pas en boutique…

En un peu plus d’un mois au Costa Rica, les belles rencontres sont déja bien nombreuses et nous sommes certains que cela va continuer ainsi. Voir arriver deux étrangers sur des bicyclettes chargées intrigue, questionne et rend le contact si aisé qu’il ne peut en être autrement. Surtout dans un pays vivant du tourisme, où 40% des visiteurs sont des américains qui, pour la plupart, ne font même pas la démarche de parler espagnol et se contentent de visiter les parcs ou de profiter des plages sans rechercher le contact avec les locaux. Mais il est vrai que nous ne sommes pas en vacances…mais en voyage, voilà peut être la différence !!

 

2 commentaires sur “Nos belles rencontres

Répondre à les cycloverts Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s