Malavida…

2018-12-16 13.54.12Voilà plus de deux semaines que nous n’avons pas écris une ligne pour vous…depuis la disparition de notre appareil photo, nous n’avons pas sorti l’ordinateur. Ce serait un mensonge que de nier l’emprise de cet incident sur nous. Durant 2 jours, nous avons subi cette situation, allant jusqu’à nous reprocher tantôt notre naïveté, parfois notre inconscience et endossant jusqu’à la responsabilité du vol !!

Revenons sur les faits. Nous sommes arrivés à Paquera, première ville au sud de la péninsule de Nicoya, afin d’entamer notre remontée vers le nord le long de l’océan Pacifique. Il s’agit d’une petite ville, en rien touristique, juste un point de passage pour la grande majorité vers les belles plages de San Teresa, de Montezuma ou encore de Samara. Nous y sommes arrivés en fin de journée, il fallait donc nous trouver un endroit pour passer le nuit, or le seul camping de la ville étant fermé, à priori depuis quelque temps, nous avons opté pour une cabina, logement simple, quasiment toujours avec des sanitaires individuels et de l’eau bien froide pour la douche !!

Nous nous rendons donc dans la première cabina nous séduisant, où nous rencontrons d’emblée un couple de français. Il s’avère qu’ils sont aussi des cyclo-voyageurs mais, à la différence de nous jusqu’à aujourd’hui, eux n’ont pas supporté la difficulté du relief, des routes dégradées et de la poussière omniprésente. Ils n’ont pas démérité mais, avec au moins 25 ans de plus que nous en moyenne, le défi était trop important . Chapeau bas d’avoir tenté l’aventure !! L’établissement étant complet, ils nous conseillent un hotel bon marché situé à 500 mètres de là, où ils ont séjourné lors de leur précédent passage à Paquera. Déçus de quitter cet endroit où nous avions reçu un magnifique accueil, nous nous rendons donc au lieu conseillé.

sdr

Une grande grille, qui aurait tout à fait sa place dans la pénitentiaire, fait office de porte d’entrée, ce qui réduit d’emblée notre motivation à y passer la nuit. Allons nous faire demi tour et nous mettre en chasse d’un autre établissement ? Non, car deux personnes viennent à nous, un ticos et un italien, nous expliquent qu’il y a des chambres de libre et nous proposent d’appeler la gestionnaire des lieux. Celle-ci arrive rapidement, nous montre une immense chambre à 20 US Dollars soit 12000 colonès, moins chère que la cabina visitée plus tôt. Il y a une cuisine et des sanitaires partagés (gare à ne pas confondre) ainsi qu’un chouette salon avec des hamacs. L’ambiance est sympa et détendue ce qui nous met en confiance.

cof

La gestionnaire du lieu ne trouvant pas de suite les clefs de la chambre, nous y mettons les vélos et prenons téléphones et portefeuilles afin d’aller faire quelques courses au mercado du coin. Pour la première fois depuis le début de l’aventure, je ne prends pas ma sacoche guidon où se trouve notre appareil photo, n’ayant pas l’intention de faire un reportage sur le commerce de proximité.

Après s’être douchés et avoir cuisinés un bon plat de pâtes aux légumes, soit environ 2 heures après notre retour du mercado, j’ouvre ma sacoche afin de me saisir du chargeur de mon portable et la, je constate la disparition de notre appareil photo, sans réellement l’appréhender de suite. En effet, ici, au Costa Rica, depuis notre arrivée, nous n’avons rencontré que des gens agréables, souriants, positifs…ce qui nous a plongé dans une euphorie, dans un monde de bisounours, ce qui était très plaisant.

En plus de notre appareil photo, très utile, le voleur nous a volé quelque chose de bien plus important : notre sentiment de bien être !!! Pendant quelques jours, nous allons subir la situation, en être son esclave, ne plus voir la beauté partout présente autour de nous…alors même que nous passons la nuit suivante dans une cabina paradisiaque située à la sortie de la ville de Paquera, où le propriétaire, Johnny, s’est montré très accueillant et disponible.

2018-12-16 07.10.28

Cet endroit nous a été conseillé par Elisabeth, une française installée à Paquera depuis plus de 15 ans. Nous avons croisé sa route sur le chemin du départ et celle-ci nous a beaucoup aidé, en nous expliquant la conduite à tenir et en « hébergeant » nos vélos dans l’entrepôt de son entreprise de recyclage. Elle nous a redynamisé par son optimisme forcené, avec la certitude que, dans un petit village comme Paquera, la vérité sortira toujours gagnante et par conséquent, que notre matériel sera retrouvé si c’est un ticos qui a fait le coup. Merci beaucoup Elisabeth !!!

Une fois de plus, la solution a ce soucis sera…Pachamama !! En effet, nous décidons de ne pas changer notre programme, nous allons nous adapter à la situation. Nous prenons donc la route pour la réserve de Curu, située non loin de là, afin de nous fondre dans la nature. Comme toujours, la route sera difficile, dégradée et avec un fort dénivelé, mais nous arrivons à l’entrée de la réserve vers 13 h 00.

Nous demandons s’il est possible de profiter d’une des cabinas afin de passer la nuit dans la réserve…réponse négative sans autre explication. Nous sommes fort surpris, très déçus mais aussi étonnés qu’un dimanche, alors que les vacances n’ont pas encore débuté, il n’y ait plus de places. Nous nous souvenons alors qu’Elisabeth avait réservé deux nuits pour nous la veille. Nous donnons l’information au gardien et, comme par magie, la barrière s’ouvre et nous voilà sur la piste menant au cœur de la réserve !!!

2018-12-17 11.17.28

Nous arrivons à notre cabina après un rapide passage sur la belle plage. Celle-ci aurait pu être construite par Robinson lui-même mais offre tout ce que nous avons besoin pour être au mieux ! Nous sentons déjà revenir en nous le bien être perdu, et comme le disent si bien les philosophes créoles : C’est bon pour le moral, c’est bon pour le moral !! c’est bon bon !! c’est bon bon !!

Un commentaire sur “Malavida…

  1. Bon, c’est dommage pour l’appareil, mais ça vous fait 1 kg en moins… Tu sais, pour Vél’Osons, j’ai pensé à vous, on fait un atelier » je mets quoi dans mes sacoches » et un carrefour « des-dé-connexion »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s